Lovée contre lui dans ce bain, je me sens gagnée peu à peu par l'engourdissement venu de la volupté qui m'enveloppe en lenteur. Je pars vers un ailleurs et un peu plus d'un orgasme à l'autre jusqu'à jouir sans discontinuer, emportée dans un maelström de sensations né à l'épicentre exact du feu qui me consume. Je ne jouis même plus je crois, je suis LE plaisir.

Je me souviens - un instant - avoir pensé que je pourrais mourir à ce moment précis de ma vie tant je me sentais... entière.

may_baignoire_2002[Agathe May - Baignoire]